Le télégramme a publié un article sur Skeaf, revenant sur la sortie en mer avec des adolescents de La Maison Thérapeutique du Collégien et du Lycéen (MTCL).

Ils ont été 600 à naviguer cette saison sur le Skeaf, nom d’un navire et d’une association qui favorise l’insertion de personnes en difficulté à travers la voile. Parmi elles, des jeunes hospitalisés à la Maison Thérapeutique du Collégien et du Lycéen de Quimper ont embarqué pour un séjour thérapeutique. « Le bateau déséquilibre le corps mais rééquilibre l’esprit ». C’est la devise de l’association Skeaf, née à l’été 2015. Son voilier centenaire basé au Port-Rhu accueille des publics en difficulté pour des sorties en mer. Des femmes victimes de violences, des jeunes en insertion ou issus de quartiers sensibles, des épileptiques de Toul ar C’hoat à Châteaulin sont montés ou vont monter à bord.

« Nous mettons un outil à disposition, notre navire, tout l’enjeu étant ensuite de mettre en place un programme pédagogique adapté à chaque groupe », indique François Séruzier, gestionnaire du voilier.

Efforts et concessions

De quoi attirer la Maison Thérapeutique du Collégien et du Lycéen (MTCL), structure quimpéroise de l’EPSM Gourmelen qui accueille des adolescents et jeunes adultes souffrant de problèmes psychiques ou psychiatriques.

« Nous avons pris contact avec Skeaf et avons pensé ensemble à un projet de séjour thérapeutique à bord du voilier, sur deux jours et une nuit », explique Nadine Kersulec, cadre de santé à la MTCL.

Pour elle, « la voile pousse les jeunes à vivre en groupe, à s’impliquer dans la vie du bateau, à faire des efforts et des concessions, en s’adaptant à une organisation différente ». Déstabilisante pour des ados qui ont du mal à s’occuper d’eux-mêmes comme des autres, l’expérience a été longuement préparée. Il a fallu des discussions en interne et une visite préalable du navire pour faire tomber certaines peurs.

Une démarche utile : « Une jeune fille était effrayée à l’idée de monter à bord, mais à la fin de la visite, elle a indiqué où elle voulait dormir », raconte Jean-Luc Stéphan, infirmier.

Une démarche de sensibilisation du respect du milieu marin a aussi été mise en place autour de cette sortie : le groupe a ramassé des déchets en bord de mer durant plusieurs week-ends.
Une collecte qui a fait depuis l’objet d’une création collective.

Bienfaits thérapeutiques

Le grand jour a eu lieu le 2 juillet. Les cinq adolescents de 14 à 16 ans accompagnés de trois soignants et d’un équipage professionnel ont embarqué à bord du Skeaf, ce superbe ketch de 30 mètres. Ils ont fait un tour dans la baie avant une nuit à bord à Tréboul. Le lendemain, ils sont allés vers Morgat, tous les jeunes passant à la barre lors du retour vers Douarnenez.

« La démarche ne s’est pas limitée à ce seul séjour : les soignants en ont profité pour poser des questions sur ce que cela avait apporté, sur ce qui avait été compliqué… Les bienfaits thérapeutiques continuent d’être travaillés », poursuit Nadine Kersulec.

« C’est l’idée du projet : nous ne sommes pas là juste pour proposer un petit tour en bateau, il faut qu’il y ait un avant et un après pour que ce soit enrichissant », complète François Séruzier.

Des deux côtés, l’envie de renouveler l’expérience est forte.

De Paris à Douarnenez

Cette saison, Skeaf a reçu environ 600 bénéficiaires et espère bien poursuivre son développement. L’un des objectifs est de faire venir à bord toutes les écoles primaires de Douarnenez et des alentours. Le projet Skeaf existe entre le Port-Rhu et Paris. C’est là qu’est basée Goodwill management, l’entreprise du propriétaire du bateau, Alan Fustec. Il permet à ses salariés de prendre 5 % de leur temps de travail pour participer aux activités de l’association : certains s’impliquent fortement, donnant un élan au projet. Le financement des activités se fait, pour l’instant, par le mécénat. L’actuelle saison va bientôt s’achever : le Skeaf va entrer au chantier du Guip pour un vaste chantier de rénovation de sa structure. Il sera de retour en 2017 pour offrir de nouveaux horizons à d’autres personnes.

Lire l’article complet